Les bâtiments des citoyens

15. Le Lycée Louis Guillaume de Bade

Le presbytère de la cour a été construit en 1726 par Johann Michael Ludwig Rohrer sur une commande de la margravine Sibylla Augusta. Il a été agrandi entre 1738 et 1747 par Johann Peter Ernst Rohrer à chaque fois, par trois axes de fenêtres et les ailes latérales ont été intégrées. L’ordre enseignant des Piaristes l’a utilisé comme couvent et comme bâtiment pour une école. Le couvent a été sécularisé en 1808, et l’école des Piaristes a été fusionnée avec le lycée ayant déménagé de Baden-Baden à Rastatt.

C’est en 1908 que l’établissement a été baptisé du nom de Lycée Louis Guillaume de Bade. Dans la salle de la bibliothèque et dans le réfectoire de l’ancien couvent, on a installé la bibliothèque historique du Lycée Louis Guillaume de Bade, qui fait partie des collections les plus importantes de ce type dans toute l’Allemagne

Les enfants découvrent Rastatt:

De nombreux enfants qui habitaient à la campagne n’allaient pas du tout à l’école à l’époque du baroque. Ils devaient aider leurs parents dans les champs ou pour nourrir les animaux. Les fermes n’appartenaient pas aux paysans mais à des propriétaires. Les paysans leur avaient loué les bâtiments et les champs. A ce titre, ils devaient leur remettre une partie de la récolte.

Il y avait certes déjà une école à Rastatt aux environs de 1500. La margravine Sibylla Augusta a introduit en 1715, le niveau supérieur de scolarité. C’est pour cela que des moines de l’ordre des Piaristes ont été appelés à Rastatt. Les langues grecque et latine, la musique, l’art de l’écriture et du calcul, étaient les matières scolaires à l’école supérieure. Il y avait également un théâtre. C’est là que les élèves apprenaient l’utilisation de la langue tout en s’amusant.

Les gens qui avaient beaucoup d’argent pouvaient faire donner des cours à leurs enfants par des précepteurs. Parallèlement aux matières scolaires normales, les jeunes princes bénéficiaient à Rastatt également de cours d’équitation, d’escrime et de tir. Les princesses s’exerçaient à la peinture et aux travaux manuels.

Retour à l’aperçu