24. Le causeur du perron („Staffelschnatzer“)

Staffelschnatzer est le surnom des habitants de Rastatt, qui aimaient, selon les récits, s’asseoir devant l’entrée de leur maison et bavarder (« schnatzen » en badois) d’un perron (Staffel) à l’autre. D’autres significations moins flatteuses du mot « schnatzen » pouvaient être cracher et aller aux toilettes. La sculpture créée en 1991 par l’artiste autrichien Kurt Tassotti, qui vit à Mühlacker, fut installée sur la place derrière une galerie marchande dans le quartier St Georges jusqu’en 2012. La figure originale en béton a depuis été remplacée par un bronze puis réinstallée sur le chemin Schließbrücke en 2019.

 

Les enfants découvrent Rastatt :

À l’époque où elle était une forteresse fédérale, Rastatt était une ville à cinq portes, dont deux principales et trois latérales. Aux portes gardées de la ville, on contrôlait les personnes et les marchandises qui devaient entrer ou traverser la ville. Les marchandises étaient soumises à des taxes ou des contributions de passage prélevées en tant que droits d’entrée. Les portes de la ville étaient fermées la nuit. Toute personne arrivant après l’heure de fermeture devait attendre devant la porte jusqu’au lendemain matin. Les visiteurs importants pouvaient être admis par une porte latérale.

Les jours de marché, le trafic était particulièrement intense. De nombreux paysans souhaitaient vendre des légumes, des céréales et des fruits. Ils venaient au marché tôt le matin avec leurs charrettes. Les commerçants possédant d’autres marchandises n’étaient admis sur le marché que s’ils voulaient vendre des marchandises qui n’y étaient pas encore proposées. Cette mesure visait à protéger les commerçants de Rastatt de la concurrence.

Retour à l’aperçu