Kirchen

4. L’église St. Alexandre

Déjà sous l’égide du margrave Louis Guillaume, des fondations avaient été construites en 1702 sur la place du marché de Rastatt en vue de la construction de l’église paroissiale catholique. Mais la guerre de succession d’Espagne (1701 – 1714) a empêché sa construction. Sous la régence de la margravine Sibylla Augusta, les travaux ont été suspendus. Ce n’est que sous le règne de son fils, Louis Georges, qu’il y a eu à partir de 1730 de nouveaux plans pour cette église. Les citoyens avaient sans cesse exigé sa construction. Finalement les travaux ont débuté en 1756. L’achèvement et la consécration sont intervenus en 1764 sous le règne du margrave Louis Georges.

Dans le hall d’entrée de l’église, le narthex, se trouve la pierre tombale du maître architecte, Johann Peter Ernst Rohrer.

Les enfants découvrent Rastatt:

Les souris de l’église St. Alexandre ont vécu dans leur magnifique église de nombreuses heures joyeuses, mais aussi des heures tristes. Les églises étaient importantes pour la population. Les églises décorées et les autels avec les images de la Sainte Famille leur redonnaient du courage. Tout particulièrement lors de maladies graves telles que les épidémies ou la peste contre lesquelles aucun médecin ne pouvait aider.

A deux reprises, toute la ville a été touchée par de graves inondations. L’eau arrivait déjà au niveau des marches de l’escalier de l’église. Regarde bien sur le soubassement de l’église pour découvrir les marques du niveau des eaux et calcule jusqu’à quand remontent ces événements.

Les pauvres souris de l’église St. Alexandre étaient très liées d’amitié avec les souris de la ville et du château de Rastatt. Dans l’église il n’y avait pas de salle à manger. En conséquence les souris de l’église devaient vivre des aliments que les visiteurs de l’église avaient oubliés ou de ce qu’elles pouvaient grappiller sur le marché hebdomadaire qui se tenait devant l’église. Mais par contre, elles bénéficiaient d’un clocher élevé et d’une vue magnifique sur le centre baroque de la ville.

Retour à l’aperçu